Rotifères Brachionus plicatilis

Parthénogenèse, ou quand la reproduction ne nécessite plus l’intervention d’un mâle


Cultiver du zooplancton en grande quantité grâce à la parthénogenèse

Aujourd’hui, nous parlons d’un organisme à peine visible à l’œil nu, permettant d’augmenter les taux de survie des poissons élevés en captivité : le rotifère.

Présentation du rotifère (Brachionus plicatilis)

 

Le rotifère (Brachionus plicatilis) est une espèce zooplanctonique vivant en eau salée et saumâtre, tolérant un large éventail de salinités. Sa taille adulte ne dépassant pas les 300 µm, en fait un organisme idéal utilisé comme nourriture pour les larves de poissons. Le zooplancton vivant fait partie des proies naturelles des alevins. Le rotifère lui, par sa facilité de culture, son profil nutritionnel adapté à de nombreuses espèces et sa taille optimale, est largement utilisé en aquaculture pour la reproduction de différentes espèces.

Cette espèce a été popularisée grâce à ses conditions de culture très simples. Lorsque les artémies présentent des écarts notables en termes de qualité d’un lot à l’autre ou quand les copépodes nécessitent de grandes capacités de production pour en avoir en quantité suffisante, les rotifères quant à eux, ne demandent que peu d’efforts de maintenance et des coûts faibles pour nourrir ces larves dans la durée.

 

Les avantages d’une culture de rotifères en aquariophilie

 

Le rotifère possède différents avantages à être utilisé comme source de nourriture pour alevins.

En effet, cet organisme est capable d’avaler 10 fois son poids par heure. De ce fait, en lui procurant une nourriture riche à haute valeur nutritive comme des concentrés de microalgues, le rotifère devient un excellent intermédiaire, apportant une nourriture de qualité aux alevins, tout en stimulant leur prédation.

De plus, comme certaines espèces de reptiles (ex : gecko), les rotifères possèdent deux modes de reproduction distincts. Une reproduction sexuée, impliquant un mâle et une femelle, et par parthénogénèse (asexuée), impliquant seulement une femelle.

Une reproduction par parthénogénèse permet le développement d’un individu à partir d’un ovule non fécondé, indépendant de toute sexualité. Cette méthode de reproduction est pratiquée lorsque le milieu de vie est idéal, permettant aux rotifères de se développer de façon exponentielle en très peu de temps. Les rotifères femelles donneront naissance à une progéniture femelle uniquement.

La reproduction sexuée, elle, intervient quand le milieu est pauvre ou lorsque les conditions de vie deviennent difficiles. Les femelles produiront alors des œufs mâles et lorsque ces derniers se reproduiront, les femelles engendreront des œufs beaucoup plus résistants, capables de survivre dans des conditions extrêmes.

Le mode de reproduction par parthénogénèse permet à ceux qui les cultivent d’obtenir une grande quantité de rotifères en un temps record, car chaque femelle donnera naissance à des femelles qui à leur tour produiront des œufs femelles et ainsi de suite (à condition que le milieu de culture soit optimal).

Cultiver des Rotifères est donc une solution largement viable à la fois pour nourrir des alevins, mais également pour maintenir la microfaune de l’aquarium. Vous pouvez également les utiliser pour nourrir vos coraux et invertébrés de temps en temps qui ne seront pas mécontents d’avoir de la nourriture variée. Pour les aquariophiles curieux d’expérimenter de nouvelles choses, la culture de rotifères peut être un début, d’autant plus qu’elle est accessible autant aux experts qu’aux débutants, alors plus d’excuses.

X