blanchissement des coraux

Sélection de zooxanthelles résistantes pour contrer les effets du changement climatique


Les explorations d’évolution assistée visant à accroître la tolérance thermique des coraux

Aujourd’hui, nous souhaitons mettre en lumière la triste réalité qui s’exerce autour des récifs coralliens. Pourquoi et comment meurent-ils ? Y-a-t-il des moyens de diminuer cette mortalité et où en est la recherche à ce sujet ?

Nous le savons, les récifs coralliens ont un rôle majeur dans la protection des côtes (réduction de l’érosion et des dommages lors des tempêtes, ouragans etc.), mais aussi et surtout, ils abritent 25% des espèces de toute la vie marine. De plus, 80% des espèces ont un passage obligé par les récifs pour assurer leur développement.

Malheureusement aujourd’hui, plus de 29% des récifs coralliens sont déjà morts. Les populations de coraux se sont mondialement détériorées lors de ces trois dernières décennies, avec pour cause les vagues de chaleur marine liées au changement climatique. La Grande Barrière de Corail a déjà diminué de moitié (notamment lors des épisodes de chaleur en 2016 et 2017), et les larves de coraux se sont suivies par une diminution de 89% en 2018. Mais en quoi la hausse des températures explique la mortalité des coraux ?

Il faut savoir que les coraux vivent en symbiose avec un type de dinoflagellé, des microalgues appelées zooxanthelles. Elles se logent dans les tissus coralliens et apportent aux coraux des éléments nutritifs indispensables grâce à la photosynthèse (en synthétisant l’énergie du soleil en matières organiques). En échange, les microalgues se nourrissent du dioxyde de carbone rejeté par les coraux. C’est donc ce qui se passe lorsque la température des océans reste stable. Cependant, lors des grands épisodes de chaleur, quand la température de l’eau devient trop chaude, les zooxanthelles cessent de faire de la photosynthèse. Les coraux ne reconnaissent alors plus ces microalgues comme des alliés mais comme des micro-organismes envahisseurs et finissent par les expulser. Le corail devient alors translucide, et affamé. C’est ce qu’on appelle le blanchissement des coraux qui peut atteindre des proportions phénoménales à l’échelle de tout l’écosystème récifal. Si cela continue, les scientifiques estiment que dans moins de 30 ans, tous les récifs coralliens du monde auront disparus.

De nombreuses recherches ont eu lieu sur ce sujet, notamment des explorations d’évolution assistée visant à accroître la tolérance aux températures des coraux, et donc à réduire l’incidence de leur blanchissement.

En effet, des chercheurs ont fait des expériences en exposant des souches clonales d’un corail constructeur de récifs à des températures élevées (31°C°) pendant 4 années en laboratoire (équivalant à 120 générations asexuées) et en les comparant à des souches sauvages maintenues à 27°C pendant 4 ans également. Il a été démontré que la tolérance thermique de l’algue in vitro augmente sur seulement 40 générations asexuées par l’exposition à des températures élevées. Cette tolérance dépend de la tolérance physiologique des dinoflagellés qui leur sont associées.

Ainsi, les approches d’évolution assistée comme celle-ci, visant à accroître la tolérance thermique des coraux, peuvent contribuer à la survie des récifs coralliens jusqu’à ce que le réchauffement climatique soit stoppé, car le blanchissement des coraux est une situation réversible si les conditions redeviennent favorables.

Les changements climatiques ont montré leur capacité à anéantir des écosystèmes entiers presque du jour au lendemain. Nous souhaitons rappeler l’importance des coraux qui ont permis à la vie des océans d’évoluer, leur disparition pourrait faire déraper la bio-hiérarchie de la planète et entraîner de nombreuses extinctions massives. Notre rôle à tous est de freiner, même de stopper tout ce qui contribue à cette hausse accélérée des températures. Nous aimons penser qu’il n’est jamais trop tard, et que nos actions, si elles sont réalisées ensemble, contribueront à la préservation des écosystèmes, ou alors les derniers coraux restant sur terre seront ceux de nos aquariums.

 

Sources :

  • Heat-evolved microalgal symbionts increase coral bleaching tolerance – P. Buerger1,2, C. Alvarez-Roa3, C. W. Coppin1, S. L. Pearce1, L. J. Chakravarti3, J. G. Oakeshott1, O. R. Edwards1, M. J. H. van Oppen2,3
  • Website : https://www.coralguardian.org/
  • Website : https://www.reef2reef.com/
X